Le courage ... suicidaire du président !

ACTE COURAGEUX DE SERGE METRAILLER : « L’EXCLUSION DE NICOLAS VOIDE DU PDCVr NE FAIT AUCUN DOUTE »

Le NF l'annonce : "L'exclusion de Nicolas Voide du PDCVr ne fait aucun doute, quel que soit le résultat des élections au Conseil d'Etat." ... La procédure d'exclusion est amorcée, mais c'est toutefois le conseil de parti qui devra définitivement statuer.

"La candidature de Nicolas Voide est une candidature dissidente, contre le PDCVr." Serge Métrailler, président du parti s'est montré très clair lundi matin devant la presse: l'ancien Grand Baillif, désormais candidat sur la liste Ensemble à droite, ne fera bientôt plus parti du PDC. "Son exclusion ne fait aucun doute, quel que soit le résultat", a déclaré le chef de file des démocrates-chrétiens du Valais romand. Et de rappeler que malgré les déclarations de Nicolas Voide dans les médias concernant ses espoirs de voir les deux ailes du PDCVr se rabibocher, "il n'a pris aucun contact avec la présidence à ce sujet. La procédure d'exclusion est amorcée"."

 

 

L'1Dex avait précisé lors de l'annonce publique de la candidature "sauvage" de Nicolas Voide que le PDC ferait preuve de courage s'il prenait la décision d'expulsion AVANT de connaître les résultats des élections. On doit aujourd'hui admettre, même si la procédure d'exclusion n'est pas formellement achevée, que la prise de position claire, ferme, sans la moindre ambiguïté du président Serge Métrailler est sans le moindre doute possible cet acte courageux que la décence politique imposait de par le fonctionnement interne du parti et de l'histoire de celui-ci.

Nicolas Voide pourra claironner jusqu'en mars, même plus tard, qu'il appartient toujours au PDC. La position de Serge Métrailler, président de ce parti, convaincra les électeurs du PDC que choisir Voide en mars équivaut simplement à ajouter sur la liste du parti un homme qui appartient à un autre groupement. Le citoyen pourra choisir la dissidence, mais sans se complaire dans une fidélité inexistante.

On savait que le PDC ne serait plus jamais comme avant. On sait aujourd'hui, ce que L'1Dex avait anticipé, que la ligne rouge a été franchie par Nicolas Voide et que le PDC est aujourd'hui derrière Christophe Darbellay. Ce qu'a dit Nicolas Voide n'est pas ce qu'il a fait, comme l'a résumé avec limpidité Vincent Fragnière dans son éditorial de ce samedi dans le NF.

A L'1Dex du 5 janvier 2017, j'avais écrit ceci :

"Il est enfin tout autant clair que Nicolas Voide a trahi son parti, puisqu'il a refusé de participer à la primaire interne et a quitté le giron partisan pour s'allier avec le diable en personne, celui contre lequel le groupe PDC s'est acharné, des années durant, à savoir par exemple dans le champ remarquable de l'Affaire Cleusix. Nicolas Voide a été tout de même président du Grand Conseil, désigné par le PDC, et porte-parole du Groupe PDC au Grand Conseil. Dans ces circonstances, connues de tous, l'infidélité traître relève de l'affirmation banale."

Et le 9 janvier 2017, j'avais écrit ceci :

"Nicolas Voide a changé d'équipe et voudrait nous faire croire que s'il gagne, il pourra lever la coupe en célébrant sa victoire avec Serge Métrailler et les oranges.  

Il nous prend vraiment pour des crétins."

Serge Métrailler, sans le pied sur le frein, a tiré les conséquences de cette trahison d'un prétendu fidèle. Et cela est tout à son honneur.

Bonjour à tous les présidents de partis !

 

 

 

  1. rosu says:

    Your comment is awaiting moderation.

    Merci Serge ! Cher Maître, vous le spécialiste en auto-traitement psychanalytique, la simple psychologie devrait suffire ! « Est-ce qu’il y a un joueur d’échecs dans ce canton ? Mon Dieu, qu’ils sont nuls ! » M…, j’ai raisonné à haute voix ! Heureusement que mon heuristique de jugement même si intuitif n’était pas assez rapide cette fois-ci ! Nous sommes tous désolés pour la nébuleuse Pdc, qui a décidé courageusement de céder la majorité au Conseil d’Etat et nous lui rendons hommage pour ses extraordinaires réalisations-prises réussies dans ce canton ! (je n’ai jamais été bon en discours nécrologique, et malgré la joie difficilement dissimulée, je n’ai pas l’impression que je me suis amélioré). Et pour finir je laisse le dernier mot à M. Riand, plus habitué aux décès politiques : « Serge Métrailler, sans le pied sur le frein, a tiré les conséquences de cette trahison d’un prétendu fidèle. Et cela est tout à son honneur. » Car l’EXIT de la voiture PDc vr du paysage CE n’était pas sans rappeler le courage des braves amis de Di Mambro et Luc Jouret, dans un acte honorable mais … suicidaire. Je peux comprendre la confusion qui règne parmi les jeunes Pdc du Vieux Pays, après l’intrusion culturelle islamique et l’exemple de leur Grand Timonier … mais quand même, Serge, pour un catho, il n’y a pas les 72 vierges qui vous attende…, attendr…, attenta… (m…, cette langue, difficile pour un roumain !) au Paradis ! Sauf si l’UEFA (Union de l’Entéro-colique des Femmes A barbe) a changé les règles avant la fin du match. Santé Serge ! Et merci pour le cadeau !