Le thermomètre mou !

Après Scooter-man, "moi, président" qui met en garde Trump, 2 coyotes suisses veulent prendre la température de la nouvelle administration américaine !

Méfiez-vous du résultat, car au moins un des 2 coyotes infirmiers utilise une méthode homologuée que par les siens : fourrer le thermomètre dans leur propre béance postérieure et prendre le résultat pour ... la température extérieure !  ... c'est chaud !

Deux parlementaires envoyés prendre le pouls de l'administration Trump.

Christian Levrat et Andrea Caroni lors d'une réunion à New York.
Christian Levrat et Andrea Caroni lors d'une réunion à New York. [fdfa.admin.ch/un]
Depuis l'élection de Donald Trump, la Suisse est préoccupée par les décisions que pourrait prendre son administration, notamment au niveau commercial. Deux conseillers aux Etats ont traversé l'Atlantique pour nouer des contacts.

Président de la commission de politique extérieure du Conseil des Etats, Christian Levrat (PS/FR) est actuellement aux Etats-Unis avec son collègue sénateur Andrea Caroni (PLR/AR). Tous deux vont enchaîner les rencontres pour engager un "dialogue sans tabou" avec des représentants des nouvelles autorités américaines, a indiqué le Fribourgeois à l'ats.

"Je voulais essayer de comprendre ce qui se trame sans me faire trop d'illusions sur les réponses qu'on allait me donner, quand bien même ces réponses sont encore peu nombreuses", a-t-il déclaré mardi soir après des premières rencontres avec des sénateurs et des représentants du ministère américain du Commerce.

>> Lire aussi: Face à Donald Trump, la Suisse prépare une offensive de charme aux Etats-Unis

Craintes d'une hausse des taxes

La Suisse est préoccupée par les options que pourrait prendre la Maison Blanche. D'abord parce que Washington accuse un déficit commercial qui pourrait atteindre jusqu'à 17 milliards de dollars vis-à-vis de la Confédération et que celui-ci pourrait encore se creuser, a confié Christian Levrat.

La nouvelle administration américaine a déjà brandi la menace d'augmenter les taxes sur les importations de marchandises, notamment du Mexique, pour rétablir sa balance commerciale.

 

Nous n'en sommes qu'au début avec Trump, le Brexit ou le retour des populismes

Christian Levrat
 

 

"Bien que nous n'en soyons pas encore là, l'augmentation des droits de douane sur les importations vers les Etats-Unis serait un coup dur à encaisser pour la Suisse", note le socialiste. Les produits suisses pourraient ainsi augmenter pour les citoyens américains.

Si la Maison Blanche applique son programme, les possibilités pour la Suisse de faire valoir son droit sont moindres. "Nous pourrions nous plaindre auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), mais le traitement des dossiers prendrait des années puisque la procédure d'élimination des divergences à l'OMC est lente. Celle-ci pourrait aller au-delà de la législature en cours aux Etats-Unis".

ats/boi

Publié hier à 15:15 - Modifié hier à 15:28