AMSTERDAM (JTA) — Un boulanger musulman qui avait ému un grand nombre de spectateurs aux Pays Bas avec son apparition télévisée en faveur de la coexistence et de l’acceptation avait appelé, dans le passé, à un génocide contre les Juifs, a révélé un journal néerlandais.

Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l'info   INSCRIPTION GRATUITE!

Rachid el Hajoui, un immigrant originaire du Maroc travaillant dans une pizzeria de Tilburg, avait fait une apparition émouvante durant un reportage sur le sentiment d’insécurité et d’aliénation croissants aux Pays Bas diffusé lors des informations du soir, le 14 février, sur la chaîne publique NOS, la plus populaire du pays.

Lors de cette interview (lien en néerlandais), el Hajoui avait confessé avoir peur de se rendre à la mosquée parce que « certains fous pourraient commettre une attaque » là-bas. « Des gens intelligents incitent d’autres à commettre les actions les plus stupides. Et les plus stupides le font », avait-il ajouté.

Il avait déploré les « voix haineuses » sur Twitter et dans l’establishment politique, ostensiblement contre les Musulmans.

« Je me dresse en faveur de la démocratie et je veux que ma famille et que tout le monde puissent vivre en harmonie », avait-il ajouté.

Mais mercredi, le blog conservateur Dagelijkse Standard a révélé des déclarations haineuses qui avaient été faites par el Hajoui. L’homme était aussi, dans le passé, un militant du parti socialiste et du parti progressiste D66, a indiqué le site.

Un message en langue anglaise posté sur le compte d’el Hajoui sur Twitter en 2014 affirmait ainsi : « Hitler n’était rien en comparaison des Israéliens. Quelqu’un aurait dû terminer l’ouvrage qu’il avait commencé il y a 60 ans ».

Il avait également écrit en néerlandais : « La seule réponse à Israël est l’extermination totale, c’est l’annihilation des cafards #1945 #wehateisrael ».

Il avait aussi fait l’éloge de Recep Tayyip Erdoğan, leader autoritaire et islamiste de la Turquie, disant qu' »il est le seul homme digne de ce nom parmi les chefs musulmans ».

Un tweet écrit par Rachid el Hajoui durant l'opération
 Bordure Protectrice israélienne en 2014 à Gaza (Capture d'écran)

Un tweet écrit par Rachid el Hajoui durant l’opération Bordure Protectrice israélienne en 2014 à Gaza (Capture d’écran)

La révélation a exposé NOS à d’acerbes critiques de la part des autres médias. La chaîne a été accusée d’avoir offert à el Hajoui l’opportunité de prêcher la tolérance sans se pencher sur ses déclarations passées, révélées par des utilisateurs de Twitter et des bloggeurs dont la curiosité avait été éveillée par le reportage.

Vendredi, il semblait qu’El Hajoui ait supprimé son compte Twitter.

Le Centre pour l’information et la documentation pour Israël, le tout premier observatoire de l’antisémitisme dans le pays, a porté plainte pour incitation à la haine contre el Hajoui.

La journaliste juive néerlandaise Esther Voet (Capture d'écran
 YouTube)

La journaliste juive néerlandaise Esther Voet (Capture d’écran YouTube)

Mais Esther Voet, ancienne directrice du groupe et actuelle rédactrice en chef du journal Nieuw Israelitisch Weekblad, a écrit une lettre ouverte dans son hebdomadaire où elle a expliqué que la haine et l’hypocrisie d’el Hajoui n’étaient pas pour elle surprenantes.

Ce « qui est une vraie surprise, c’est qu’on ait fait un héros de cet antisémite enragé », a-t-elle écrit.

De plus, les organisateurs chrétiens d’un festival pour la paix dans la ville d’Apeldoorn située dans l’est du pays ont présenté leurs excuses la semaine dernière pour avoir offert une tribune à un militant anti-israélien qui, ont-ils indiqué, avait utilisé une terminologie antisémite en évoquant l’état juif au cours d’un événement qui s’était tenu la semaine dernière.

Mettant fin à un conflit prolongé, la Fondation juive d’Apeldoorn et les représentants d’un groupe épiscopal organisateur de la semaine de la paix dans la même ville, ont signé un communiqué conjoint le 10 février, dénonçant les propos tenus par le militant anti-israélien Cornelis Blok et estimant qu’ils étaient « antisémites ».

Les deux parties ont établi que Blok, membre du Groupe Sabeel, avait utilisé le terme de « race juive » durant son discours et qu’il avait fait une équivalence entre les djihadistes palestiniens et les combattants de la résistance anti-nazie.

Blok avait nié toute intention antisémite.

Le principal organisateur de l’événement, Eddy Anneveldt, a également présenté ses excuses pour avoir écrit un courriel amical à l’intention de Blok, déclarant : « A cause de vous, ma vision des Juifs ne s’est pas particulièrement améliorée ».

Dans le communiqué, Anneveldt a affirmé qu’il s’agissait d’une généralisation.