PUBLIÉ PAR CHRISTIAN LARNET LE 11 FÉVRIER 2017
 

Des migrants ont reçu le statut de réfugiés en Suisse car ils risquent la mort dans leurs pays d’origine. Maintenant, ils utilisent l’argent de l’aide sociale pour s’y rendre en vacances, révèle le Basler Zeitung.

Le quotidien suisse note que des milliers de migrants se rendent chaque année en Erythrée pour des vacances, alors qu’ils sont supposés avoir fui l’Afrique par crainte pour leur vie.

Ironie : bien qu’une large proportion d’Erythréens se sont vu refuser le droit d’asile en Suisse, les autorités sont peu armées pour les expulser car leurs pays d’origine sont considérés comme dangereux par les pays d’accueil.

Il n’existe pas de vol direct de Suisse vers l’Erythrée, mais les journalistes du Basler Zeitung ont découvert qu’une cinquantaine de personnes quittent chaque jour la Suisse pour se rendre en vacance dans un pays africain.

 

Le billet aller-retour vers l’Erythrée coûte environ 599 Francs en janvier, et 650 en haute saison, qui précise que les Suisses sont bien généreux, puisque la vaste majorité des Erythréens qui vivent en Suisse ne reçoivent que des aides sociales et ne travaillent pas.

En réponse, le Secrétariat suisse à la migration (SEM) a indiqué au Basler Zeitung qu’il est difficile d’évaluer le nombre d’Erythréens qui prennent des vacances dans leur pays d’origine car il n’existe pas de vols directs.

Sur les 50 000 demandes de voyager à l’étranger par les demandeurs d’asile politique possédant un titre temporaire de résidence, 97,5 % ont été autorisées entre 2010 et 2014.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.