En dépit du récent réchauffement des relations entre Israël et la Turquie, Istanbul devrait accueillir ce week-end une conférence dont les conférenciers et les organisateurs sont soit affiliés au Hamas ou qui ont occupé des postes de haut rang au sein du groupe terroriste palestinien par le passé.

La Conference for Palestinians Abroad [Conférence pour les Palestiniens à l’étranger] porte le nom du groupe organisateur de l’événement. Elle a été critiquée par l’Autorité palestinienne contrôlée par le Fatah et l’Organisation de libération de la Palestine, qui accusent les organisateurs de porter atteinte à la position de l’OLP en tant que seul représentant légitime du peuple palestinien.

L’aile militaire du Hamas est l’un des organes faisant la promotion de l’événement, prévu samedi et dimanche, qui accueillerait également parmi ses conférenciers des membres des Frères musulmans.

L’un des dirigeants du groupe qui organise la conférence est Issam Moustafa Youssef. Le département du Trésor américain a déclaré qu’il a été le chef du bureau politique du Hamas au moins jusqu’au milieu de l’année 2008.

Yousef, qui est originaire de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie, est actuellement un chef de file du groupe Interpal, classé comme un groupe terroriste par les États-Unis en 2003.

Le site Web de l’événement présente une carte d’Israël avec des flèches pointant vers le pays et accompagné de la légende suivante : « Notre plan national – le chemin de notre retour ».

Parmi les autres intervenants, on peut citer Majed a-Zir, qui a été décrit dans les médias égyptiens comme étant « le directeur régional du Hamas en Europe ». Il est officiellement membre du « Palestinian Return Center » à Londres, qu’Israël considère comme un groupe illégal.

Parmi les intervenants, il y aurait également des personnalités telles que Jamal Rayyan, le journaliste d’Al-Jazeera et le chroniqueur Bashir Nafi, ainsi que Zaher Birawi, Rowan a-Damen, Ziad Aloul et d’autres personnalités.

Le Hamas a organisé des manifestations similaires non seulement en Turquie, mais aussi en Afrique et en Amérique latine. Il utilise les infrastructures organisationnelles des Frères musulmans dans ces pays pour organiser les événements, créer des liens avec les membres du groupe, lever des fonds et s’engager dans des relations publiques dans le monde entier.