« Qu’elle a été grande, la France ! De l’individualisme et du culte de la liberté pour lesquels, autrefois, elle avait versé son sang - elle n’a retenu, dans sa forme crépusculaire, que l’argent et le plaisir... Quand on ne croit à rien, les sens deviennent religion. Et l’estomac finalité. Le phénomène de la décadence est inséparable de la gastronomie... Depuis que la France a renié sa vocation, la manducation s’est élevée au rang de rituel. Les aliments remplacent les idées. Les Français depuis plus d’un siècle savent qu’ils mangent. Du dernier paysan à l’intellectuel le plus raffiné, l’heure du repas est la liturgie quotidienne du vide spirituel. Le ventre a été le tombeau de l’Empire Romain, il sera inéluctablement celui de l’Intelligence française... Rien n’est plus gênant que de voir une nation qui a abusé - à juste titre - de l’attribut " grand ", grande nation, grande armée, la grandeur de la France -, se dégrader dans le troupeau humain haletant après le bonheur... La France n’a plus de destin révolutionnaire, parce qu’elle n’a plus d’idées à défendre... Les peuples commencent en épopées et finissent en élégies. »

 

 Cioran , "De la France" 1941.