Pour son sommet du G7, Rome, concerné au premier chef par la question migratoire, avait envisagé un texte séparé sur le sujet. Donald Trump n’en veut pas.

Premier pays du G7 à subir de plein fouet les conséquences de la crise des réfugiés, l'Italie avait vu grand sur le sujet des question migratoires pour son Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du G7 qu'elle organise , ce vendredi et samedi, à Taormine (Sicile). Mais l'administration Trump en a décidé autrement. Le président américain a sabordé la vision italienne et contrarié Paolo Gentiloni, le chef du Conseil italien, hôte du sommet. Ce dernier avait dans un premier temps envisagé de tenir ce sommet sur l'île de Lampedusa, un des lieux symboliques de la crise migratoire en Méditerranée avant de renoncer pour des questions d'organisation.

 

Pendant des mois, la présidence italienne a travaillé à la rédaction d'un texte de six pages intitulé « Vision du G7 sur la mobilité humaine ». Durant cette période, les « sherpas » des leaders du G7, y compris celui des Etats-Unis, ont travaillé d'arrache-pied pour tenter d'établir un vaste cadre ayant une vision à long terme globale et partagée de la gestion des crises migratoire.

Traiter l'urgence et le long terme

Rome voulait un texte ambitieux. Une approche constructive et commune à tous les pays du G7, abordant non seulement les problèmes à traiter d'urgence lorsqu'un pays fait face à un afflux de réfugiés, mais également les problèmes à plus long terme. Que ce soit sur les investissements, l'intégration et la formation des réfugiés dans les pays d'accueil, la mobilité des personnes, la lutte contre le racisme et la xénophobie...

Le document reposait sur deux principes : responsabilité partagée des pays du G7 et partenariat entre les pays d'accueil et les pays d'origine et de transit. Trois domaines spécifiques devaient faire l'objet d'une attention particulière, à savoir les investissements à réaliser dans les pays d'origine et de transit, la protection des plus vulnérables (femmes et enfants) et la valorisation de l'aspect positif de la mobilité humaine et de l'intégration des migrants. Sur ce dernier point, il était question de leur assurer l'accès aux soins, à l'éducation et au marché du travail dans des conditions décentes.

Ces propositions avaient rencontré le soutien du Canada et du Royaume-Uni. Elles avaient été ébauchées en avril 2016 par Matteo Renzi, alors président du Conseil, dans le cadre de son « Migration Compact » soumis à une Commission Européenne favorable au projet italien.

Un texte réduit

Le projet de texte complet qui devait être présenté au G7 de Taormine a tenu jusqu'à la réunion des sherpas des 26 et 27 avril où le représentant américain, ayant reçu des instructions spécifiques de son président, est venu avec une version bien plus courte - deux paragraphes - devant être intégré au communiqué final. Exit le projet italien d'une déclaration annexe. Pire, Washington a clairement signifié à ses partenaires que c'était à prendre ou à laisser. Soit la question des migrations était traitée sous cette forme réduite, soit le communiqué du G7 n'y ferait aucune référence.

« C'est la première fois, dans toute l'histoire du G7, que nous sommes les témoins d'une telle attitude intransigeante d'un des pays membres », s'insurgeaient les ONG. Ce qui les choque dans la version actuelle du texte c'est la mention explicite que le G7 « reconnaît aussi la nécessité de soutenir les réfugiés aussi près que possible de leur pays d'origine, afin de leur permettre de revenir et de reconstruire leurs communautés d'origine ». Chacun pensera immédiatement au mur que veut construire Donald Trump à la frontière du Mexique pour lutter contre l'immigration illégale. Plus loin, en effet, le texte envisagé indique en l'état : « nous réaffirmons les droits souverains des États à contrôler leurs propres frontières et fixer des limites claires sur les niveaux de migration nette, en tant qu'éléments clés de leur sécurité nationale et de leur bien-être économique ».

« Si cela se confirme, la crédibilité du G7 serait sérieusement remise en cause. Ce texte représenterait un retour en arrière, sans aucune vision à long-terme. Un seul dirigeant ne doit pas paralyser le reste du G7 qui ne pourra pas se dédouaner de ses propres responsabilités. Les négociations sont toujours ouvertes et nous espérons que le G7 ne choisira pas de rentrer dans l'histoire comme un club nombriliste, barricadé derrière des murs. Ceci serait un signal terrible pour les pays en développement, qui abritent, en réalité, 95% des réfugiés et déplacés internes dans le monde » a réagi Friederike Röder, directrice internationale de ONE pour le G7, l'ONG fondée par le chanteur de U2, Bono. Les leaders du G7 ont jusqu'à demain pour rectifier le tir.
Richard Hiault, envoyé spécial à Taormine