PUBLIÉ PAR HERVÉ STAMMERS LE 20 JUILLET 2017
Photo by Haim Zach / GPO

En visite officielle en Europe de l’Est, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, croyant son micro éteint, s’est lâché contre l’Union européenne et l’ex-président américain Barack Obama, et l’enregistrement a été publié sur YouTube.

« Je pense que l’Europe doit décider si elle veut vivre et prospérer ou si elle veut se dessécher et disparaître »

Benjamin Netanyahu s’est lancé dans une attaque féroce contre l’Union européenne lors d’une réunion à huis clos, ce mercredi matin dans la capitale hongroise de Budapest, où devant les Premiers ministres de Hongrie, de République tchèque, de Pologne et de Slovaquie, il a déclaré que le comportement de l’UE envers Israël est « fou ».

Bien que la réunion était à huis clos, ses remarques ont été transmises accidentellement aux écouteurs distribués aux journalistes, jusqu’à ce que ses collaborateurs découvrent que son micro était actif, et l’éteignent quelques minutes plus tard.

« L’Union européenne est la seule association de pays au monde qui impose des conditions politiques à ses relations avec Israël, qui produit de la technologie dans tous les domaines. Ils sont les seuls! Personne ne fait ça », a déclaré Netanyahu.

« C’est fou. C’est en réalité complètement fou », poursuit le Premier ministre, en référence aux exigences de l’UE à faire dépendre les accords de partenariat avec l’UE à certaines conditions liées au processus de paix. « Je ne parle pas dans mon intérêt. Je parle dans l’intérêt de l’Europe ».

« Nous avons une relation spéciale avec la Chine. Et ils s’en moquent [de la politique]. Ils ne se soucient pas des problèmes politiques. Le Premier ministre indien Narendra Modi a déclaré qu’il avait besoin d’eau pour son peuple. Où je peux l’obtenir [a demandé Modi] ? A Ramallah ? Non « , a dit Netanyahu, ajoutant par ailleurs que les vaches israéliennes produisent plus de lait que n’importe quelle autre vache au monde – le double de la moyenne européenne.

Il a ensuite demandé aux dirigeants d’Europe s’ils pouvaient «nous aider et aider l’Europe à accélérer l’accord de partenariat de l’UE», ajoutant «Je pense que si je peux suggérer ceci que ce qui ressort de cette réunion, c’est peut-être que vous puissiez communiquer avec vos collègues européens : aidez deux fois l’Europe. Ne sapez pas le pays occidental [Israël] qui défend les valeurs européennes et les intérêts européens ».

[…]

« Ils ne sont pas logiques. L’UE porte atteinte à sa sécurité en minant Israël. L’Europe porte atteinte au progrès [pour sa population] en sapant sa connexion avec l’innovation israélienne par sa folle tentative d’imposer des conditions « , a-t-il ajouté.

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban l’a interrompu et a déclaré en riant :

«Monsieur Netanyahu, l’Union européenne est encore plus particulière que ça. L’UE impose même des conditions à ceux qui sont à l’intérieur de l’UE, et pas seulement aux pays extérieurs ! »

Netanyahu : «Je pense que l’Europe doit décider si elle veut vivre et prospérer ou si elle veut se dessécher et disparaître. Je ne suis pas très politiquement correct. Je sais que c’est un choc pour certains d’entre vous. Tout ça est une blague. Mais la vérité est la vérité. Tant sur la sécurité européenne que l’avenir économique de l’Europe. Ces deux préoccupations demandent une politique différente à l’égard d’Israël. »

« Nous faisons partie de la culture européenne », poursuit Netanyahou. « L’Europe se termine en Israël. A l’est d’Israël, il n’y a plus d’Europe. Nous n’avons pas de plus grands amis que les chrétiens qui soutiennent Israël dans le monde entier. Et pas seulement les évangélistes. Si je vais au Brésil, je suis accueilli avec plus d’enthousiasme qu’au quartier général du parti Likoud [NDT le parti politique centre droit auquel appartient Netanyahu]. »

Netanyahu a ajouté devant les quatre leaders qu’Israël a des liens avec les pays arabes : « Les Arabes nous parlent. Ils nous parlent de notre technologie et de tout ce dont nous parlons ici ».

En ce qui concerne la politique américaine au Moyen-Orient, Netanyahu a sévèrement attaqué l’ancien président américain Barack Obama en disant :

«Nous avons eu un gros problème [aux États-Unis]. Je pense que c’est différent maintenant. Vis-à-vis de l’Iran, il y a une position plus forte. Les États-Unis sont plus engagés dans la région et mènent plus d’attaques à la bombe [en Syrie]. C’est une chose positive. Je pense que nous sommes bien sur ISIS. Nous ne sommes pas bien sur l’Iran. »

En ce qui concerne la Syrie, Netanyahu a admis aux quatre autres premiers ministres qu’Israël avait mené des dizaines d’attaques contre les convois d’armes du Hezbollah.

Evoquant le mur construit par Israël et les efforts du pays pour empêcher les organisations terroristes de la région à obtenir des armes, Netanyahu a précisé :

« Nous avons bloqué la frontière non seulement en Egypte, mais dans les hauteurs du Golan.« Nous avons construit un mur parce qu’il y avait un problème avec ISIS et l’Iran qui essaye d’installer un front terroriste. J’ai dit à Poutine: ‘lorsque nous les verrons transférer des armes au Hezbollah, nous les détruirons. Nous l’avons fait plusieurs fois. « 

Le Premier ministre israélien a enfin critiqué l’Union européenne et l’ancien président américain Barack Hussein Obama pour leur manque de soutien envers les pays d’origine des dirigeants de la République tchèque, de la Hongrie, de la Pologne et de la Slovaquie.